~etalab/communs.numerique.gouv.fr

ref: 17bf224b794b7ff4a3a30dd562da4ffa69992adc communs.numerique.gouv.fr/gazette/bluehats_4.md -rw-r--r-- 15.9 KiB
17bf224bBastien bluehats/ateliers.md: Add workshop 7 months ago

#title: Gazette BlueHats 🧢 n°4 date: 2019-12-08 layout: layouts/gazette.njk

#La journée #BlueHats au Paris Open Source Summit 2019

Les BlueHats se retrouvent demain 11 décembre au Paris Open Source Summit pour souffler leur première bougie !

Retrouvez-nous en salles PLATEAU 1 et PLATEAU 3 pour une journée de partage d’expérience entre administrations et d’ateliers techniques.

Tout le programme des ateliers, conférences et tables ouvertes est à retrouver sur cette page du forum Etalab.

>> N’hésitez pas à retweeter l’annonce de la DINUM.

#Focus sur des solutions libres dans l’administration

#Un framaform-like pour l’agence française pour la biodiversité

Après avoir fait une importante campagne de sensibilisation et de déploiement de services libres alternatifs à ceux des GAFAM, l’association Framasoft invite désormais les utilisateurs à déployer leurs propres instances de ces outils (lire cette entrée de blog.) L’Agence française pour la biodiversité (AFB) a ainsi déployé l’outil libre Drupal Webform sur ses serveurs pour que ses agents puissent créer et partager des formulaires et enquêtes en ligne : https://formulaires.afbiodiversite.fr.

Il s’agit de l’outil utilisé par le service Framaforms, mais que chacun peut installer sur ses serveurs, comme tous les autres services de Framasoft. Cette solution a été mise en place dans le contexte du RGPD et l’importance de maîtriser les données (anonymisation, règles de conservation, etc.), tout en s’appuyant sur une communauté active autour du libre. L’AFB prévoie d’héberger prochainement la solution en interne pour encore mieux la maîtriser.

L’AFB utilise d’autres solutions libres, comme Zimbra pour sa messagerie ou encore Alfresco comme Gestion Électronique de Documents (GED). Elle assure aussi des formations et des développements sur les outils QGIS ou encore PostGIS.

#Scenari : retour sur 20 ans de développements

Un témoignage de Stéphane Crozat, co-concepteur de la suite logicielle Scenari.

La conception du logiciel Scenari commence en 1999 à l’Université de Technologie de Compiègne. Une entreprise finance un projet de recherche pour développer une base de fragments documentaires réutilisables à assembler à la demande en fonction de contextes d’usage. Ce premier projet permet une première réalisation qui va trouver d’autres contextes de développement. Une équipe originale se constitue, mi-labo, mi-entreprise, elle va atteindre une quinzaine de personnes. D’autres écoles et universités se joignent à l’UTC pour développer les usages de Scenari.

En 2004, Scenari est mis à disposition sous licence libre. La société Kelis est créée pour accompagner son développement. Elle développe le logiciel, professionnalise le service et diversifie ses usages. En parallèle une communauté d’utilisateurs continue de bénéficier gratuitement de Scenari et des évolutions reversées dans le logiciel. En 2013 cette communauté se structure en association afin d’être force de proposition et d’organiser la synergie entre les acteurs. En 2014, Kelis devient une SCOP, elle compte aujourd’hui une quinzaine de salariés. En 2019 l’association Scenari embauche son premier salarié et Kelis annonce la sortie de la version 5 de Scenari.

Aujourd’hui Scenari intègre fonctions accumulées par 20 années de recherche, de développement et d’utilisation : édition structurée, publication multisupports, gestion collaborative. Il est, peut-être avant tout, un outil original par la logique de modélisation qui le structure et qui permet d’adresser des chaînes éditoriales diversifiées : supports pédagogiques, jeux sérieux, documentation technique, publication audiovisuelle, édition juridique, etc.

>> Pour en savoir plus sur Scenari : https://scenari.org/

#Prodige : un logiciel libre au coeur du SIG ATLASANTE

Un témoignage de Xavier VITRY, coordinateur ATLASANTE, le SIG mutualisé des ARS et du Ministère de la Santé.

Prodige est une solution web qui permet de transformer des données géographiques et non géographiques en ressources WEB, accessibles via des services ou des API aux standards du WEB. Prodige vous permet ainsi de réaliser une plateforme pour constituer un patrimoine de données cataloguées et sécurisées, et de maîtriser le partage de ces données en produisant des services de visualisation ou de téléchargement, mais aussi des représentations cartographiques interactives, ou des graphiques de data viz, au bénéfice de partenaires ou du grand public.

La gestion fine des droits d’accès permet d’ouvrir certaines ressources pour une démarche de community sourcing ou de crowdsourcing, y compris via des applications cartographiques sur mobile. Son architecture modulaire est motivée par l’attention portée à sa capacité à évoluer et par son approche open source, lui permettant de bénéficier des apports de la communauté active des utilisateurs.

Prodige bénéficie d’une gouvernance partagée favorisant ainsi un développement cohérent et consensuel de l’outil. Les instances participatives (Comité de coordination, Comité de pilotage, Club utilisateurs) sont des lieux d’échange et de partage qui permettent de prendre en compte les besoins de chacun au bénéfice de la communauté. Les membres représentent des services de l’État (écologie, santé), des collectivités locales et des établissements publics (Cerema, ARS).

Concrètement, les financements apportés par les différents services permettent d’élargir progressivement le périmètre fonctionnel des modules Prodige. En novembre, c’est un nouveau visualiseur cartographique adaptatif (responsive) qui fait son apparition.

>> Pour en savoir plus, voir le site de la communauté Prodige.

#Collabora Online et LibreOffice à l’université de Lille

Un témoignage de Pierre Boulet, Vice-président transformation numérique de l’université de Lille.

La DSI de l’Université de Lille a mis en production en septembre 2019 une suite bureautique collaborative permettant l’édition simultanée par plusieurs utilisateurs de documents (textes, feuilles de calcul, présentations) dans le navigateur web. Cette suite collaborative est intégrée à la plateforme de partage de fichiers nextcloud.univ-lille.fr.

Ainsi, un simple clic sur un document bureautique lance l’éditeur dans la même fenêtre de navigateur et si le document est partagé, tous les utilisateurs autorisés par ce partage peuvent le modifier simultanément. Et comme les documents sont dans leur espace de stockage sur nextcloud, ils restent éditables hors-ligne et synchronisés automatiquement en local. Les cas d’utilisation sont nombreux comme la prise de notes collaboratives en réunion, le travail collaboratif en groupes pour des enseignements, la rédaction d’articles de recherche en équipe, etc.

La solution logicielle retenue est Collabora online qui repose sur LibreOffice et est entièrement libre. Elle est la plus riche fonctionnellement des solutions disponibles sur le marché et est construite pour passer à l’échelle facilement. Les formats de fichiers par défauts sont les formats OpenDocument, seuls formats de fichiers bureautiques standardisés et ouverts qui assurent interopérabilité, portabilité et pérennité dans le temps et qui sont les seuls formats recommandés dans le référentiel général d’interopérabilité ; mais les formats Microsoft sont aussi supportés.

>> Pour en savoir plus, lire la suitre de l’article sur le site de l’université de Lille.

#Retour sur les rencontres Geotrek 2019

Les troisièmes Rencontres Geotrek ont eu lieu les 7 et 8 novembre dernier à Nîmes.

Confirmant le succès de cette application opensource de gestion et de valorisation des sentiers, patrimoines et randonnées d’un territoire, elles ont réuni plus de 130 participants, venus des 4 coins de la France, agents de parcs naturels, départements, offices de tourisme, et entreprises ont pu partager des expériences, découvrir les nouveautés, prendre connaissance du groupement de commande et participer à des ateliers techniques et thématiques.

La communauté d’utilisateurs et de concepteurs animée par le Parc national des Ecrins, réunie autour d’un outil qu’ils développent ensemble, démontre que la collaboration et le fonctionnement participatif sont un puissant moyen d’action publique.

Le dynamisme des utilisateurs, des territoires et des partenaires s’est illustré par un programme riche et intense avec des présentations complémentaires courtes, illustrées et proposées par des utilisateurs, témoins, entreprises, ou partenaires régionaux et nationaux (APIDAE, IGN et la FFRandonnée).

Une belle occasion pour constater que la croissance des utilisateurs, leur implication, et la continuité dans la gouvernance de la communauté servent à alimenter la dynamique de développement de Geotrek.

La communauté Geotrek atteint désormais une certaine maturité et de plus en plus de structures trouvent leur place (et leur compte !) dans ce modèle horizontal, collectif, transversal et qui réunit des opérateurs issus de différents réseaux.

Pour en savoir plus, lire l’article du Parc national des Ecrins sur les rencontres Geotrek 2019.

#Revue de presse

#À l’international