~antoinentl/t

1ac73c31c0521a9eb18e501e65d0836e1cc95bf4 — antoinentl 3 months ago 90e32fa
rev: précisions dans les formulations des concepts et coquilles marginales
M content/p/00/00-01.md => content/p/00/00-01.md +1 -1
@@ 27,5 27,5 @@ Notre hypothèse considère que l'acte éditorial est fait d'un double mouvement
Il s'agit d'une imbrication des différentes opérations techniques liées au texte et à sa formalisation, et de la constitution de l'assemblage des outils nécessaires à ces opérations.
Dit autrement, la mise en place des éléments techniques nécessaires à une chaîne ou à une _fabrique_ d'édition fait partie intégrante de l'acte éditorial et de la production du sens.
L'entremêlement des phases de révision ou de composition du texte, avec la création de programmes qui permettent ces opérations, est un phénomène que nous qualifions de _fabrique d'édition_.
Ces fabriques d'édition sont de nouveaux modèles épistémologiques, en tant qu'elles façonnent des modèles de connaissance technique et textuel, et constituent aussi des modèles de savoir.
Ces fabriques d'édition sont de nouveaux modèles épistémologiques, en tant qu'elles façonnent des modèles de connaissance technique et textuelle, et constituent aussi des modèles de savoir.


M content/p/01/01-01.md => content/p/01/01-01.md +1 -1
@@ 86,7 86,7 @@ Nous accédons à de l'information via cette interface, que ce livre soit en pap

{{< definition type="definition" intitule="Livre" id="livre" >}}
Le livre est un artefact éditorial clos, il est le résultat d'un travail d'écriture et d'édition, de création ou de réflexion, un objet physique (par exemple imprimé) ou numérique (un fichier ou un flux) maniable voir malléable.
Le livre est un concept.
Le livre est un concept, il donne lieu à des recherches et des théories spécifiques, il est également un champ d'études lié à l'histoire, la sociologie, les sciences de l'information ou la bibliothéconomie.
C'est un objet qui délimite un texte, dont la forme et le format sont pluriels.
Il s'agit d'un artefact produit selon des procédés complexes qui évoluent depuis plusieurs siècles.
Le livre est une interface, pour reprendre l'expression d'Amaranth Borsuk, c'est un média qui permet d'inscrire et de transmettre des idées.

M content/p/01/01-04.md => content/p/01/01-04.md +1 -1
@@ 153,7 153,7 @@ En lieu et place du terme _livre_ nous pouvons donc utiliser l'expression "artef

{{< definition type="definition" intitule="Artefact éditorial" id="artefacteditorial" >}}
Le livre est un _artefact_, le résultat d'un processus technique complexe dont il conserve certaines traces qui sont autant des marques des choix techniques que des _énonciations_ — pour reprendre la théorie de l'énonciation éditoriale d'Emmanuël Souchier.
Le livre est un artefact _éditorial_, en effet il porte en lui ses conditions d'existence, et même il les révèle si nous lui accordons une observation adéquate, si nous acceptons de remettre en cause notre rapport à la technique comme nous y invite Gilbert Simondon.
Le livre est un artefact _éditorial_, il porte ses conditions d'existence, il les révèle si nous lui consacrons une analyse théorique et pratique, et si nous acceptons de remettre en cause notre rapport à la technique comme nous y invite Gilbert Simondon.
{{< /definition >}}

L'utilisation de cette expression marque la nécessité de prendre en compte non plus seulement le résultat mais aussi et surtout le processus et ses conditions d'émergence.

M content/p/02/02-01.md => content/p/02/02-01.md +2 -2
@@ 155,14 155,14 @@ Les enjeux économiques recouvrent alors le projet intellectuel et la dimension 
À ce titre, l'entretien avec Éric Hazan {{< cite "hazan_pour_2016" >}} constitue un texte utile pour comprendre les tensions entre différents types de structures, en lien direct avec les diverses opérations techniques et le projet politique inhérent à toute activité éditoriale.
Enfin, d'autres ouvrages proposent un regard plus large sur les perspectives de l'édition partout dans le monde {{< cite "macvey_perspectives_1976" >}}, ou se concentrent sur les aspects essentiels {{< cite "dessauer_book_1989" >}} pour qui souhaitent _éditer_ — ou _auto-éditer_.

Nous retenons plus particulièrement un ouvrage qui porte un regard théorique sur l'édition en tant qu'activité, et ce autour de trois fonctions centrales, détaillant ce qu'est l'édition dans sa globalité et sa complexité.
Nous retenons plus particulièrement un ouvrage qui porte un regard théorique sur l'édition en tant qu'activité autour de trois fonctions centrales, détaillant ce qu'est l'édition dans sa globalité et sa complexité.
Outre le fait que _L'édition à l'ère numérique_ place justement le numérique en son centre, Benoît Epron et Marcello Vitali-Rosati élaborent plusieurs théories sans faire de dissociation entre un travail intellectuel et un travail technico-économique :

{{< citation ref="epron_ledition_2018" page="6" >}}
L'édition peut être comprise comme un processus de médiation qui permet à un contenu d'exister et d'être accessible. On peut distinguer trois étapes de ce processus qui correspondent à trois fonctions différentes de l'édition : une fonction de choix et de production, une fonction de légitimation et une fonction de diffusion.
{{< /citation >}}

En 2018 Benoît Epron et Marcello Vitali-Rosati proposent une définition claire, synthétique et structurée de ce qu'est l'activité d'édition.
Benoît Epron et Marcello Vitali-Rosati proposent une définition claire, synthétique et structurée de ce qu'est l'activité d'édition, en réalisant un travail de recherche scientifique également ancré dans des expériences pratiques{{< n >}}Marcello Vitali-Rosati co-dirige la collection Parcours numériques aux Presses de l'Université de Montréal.{{< /n >}}.
"La fonction éditoriale" est ainsi un processus divisé en plusieurs étapes et fonctions, centrée autour de la "médiation" : le travail sur le texte et l'artefact ; la reconnaissance accordée à l'acte et à la personne qui édite, puis appliquée à l'objet culturel ; et la transmission de cet objet dans un espace économique, marchand ou non.
Ce qui nous semble déterminant dans cette définition — détaillée sur plusieurs pages dans l'ouvrage _L'édition à l'ère numérique_ {{< cite "epron_ledition_2018" "6-10" >}} — est le fait de prendre en considération autant le texte que l'artefact final, de signifier l'importance de la légitimation, et enfin de ne pas omettre le rôle de médiateur du livre.


M content/p/02/02-04.md => content/p/02/02-04.md +2 -2
@@ 134,8 134,8 @@ Dans le cadre de l’éditorialisation, si nous ne pouvons pas savoir si Michael
### 2.4.3. Édition et éditorialisation

{{< definition type="definition" intitule="Éditorialisation" id="editorialisation" >}}
L'éditorialisation est d'abord considérée comme l'édition sous l'effet des technologies numériques, mais l'apport des recherches récentes sur ce concept, et principalement celles de Marcello Vitali-Rosati, permet de considérer ce concept comme un outil méthodologique.
L'éditorialisation et ses trois aspects constituent un cadre de compréhension du numérique, en tant qu'un _ensemble de dynamiques_, ainsi que, dans le cadre de notre étude, un moyen de comprendre ce qu'est l'édition _aujourd'hui_.
L'éditorialisation est d'abord considérée comme l'édition sous l'effet des technologies numériques, mais l'apport des recherches récentes sur ce concept, et notamment celles de Marcello Vitali-Rosati, permet de considérer ce concept comme un outil méthodologique.
L'éditorialisation et ses trois aspects (technologique, culturel, pratique) constituent un cadre de compréhension du numérique, en tant qu'un _ensemble de dynamiques_, ainsi que, dans le cas de notre étude, un moyen de comprendre ce qu'est l'édition _aujourd'hui_.
{{< /definition >}}

Les liens entre édition et éditorialisation ont déjà été soulignés : l'éditorialisation peut être considérée comme l'édition sous l'effet des technologies numériques.

M content/p/02/02-05.md => content/p/02/02-05.md +1 -1
@@ 73,7 73,7 @@ Nous rejoignons ici les considérations déjà évoquées à propos de l'éditor

{{< definition type="definition" intitule="Chaîne d'édition" id="chainededition" >}}
Une chaîne d'édition est l'ensemble des processus, des méthodes et des outils nécessaires à la réalisation d'une activité d'édition, et plus spécifiquement à la création, la fabrication, la production et la diffusion d'un livre.
Si l'objet de la chaîne d'édition est la génération d'un tel artefact, sa matière première est le texte mais ne se réduit pas à lui.
Si l'objet de la chaîne d'édition est la génération d'un tel artefact, sa matière première est le texte sans s'y réduire.
Une chaîne d'édition est basée sur une modélisation éditoriale qui doit permettre une gestion sémantique des contenus en vue de la réalisation d'un ou de plusieurs artefacts tels qu'un livre imprimé, un livre numérique, un document structuré ou toute autre forme permettant de diffuser des contenus, des idées, et de faire sens.
Une chaîne d'édition est aussi, comme le terme de "chaîne" l'implique, une suite d'étapes linéaires, et à ce titre elle peut être critiquée et mise en regard d'autres dispositifs qui envisagent, de façon divergente, l'édition comme un entremêlement d'opérations en prenant en compte leurs relations et leurs apports mutuels.
{{< /definition >}}

M content/p/03/03-02.md => content/p/03/03-02.md +2 -2
@@ 108,8 108,8 @@ Les bibliothèques ont été promotrices autant que critiques de ce nouvel étab

{{< definition type="definition" intitule="Livre numérique" id="livrenumerique" >}}
Un _livre numérique_ est la transposition du modèle du livre dans l'écosystème numérique.
Cela signifie tout d'abord l'utilisation de l'informatique pour la conversion ou la création des artefacts éditoriaux, puis la mise en réseau des fichiers produits afin de les rendre facilement disponibles, et enfin l'usage de terminaux électroniques pour la lecture des fichiers.
Le livre numérique répond à un modèle épistémologique qui met le livre, dans sa forme classique, au centre, reproduisant autant que possible l'objet mais également les pratiques d'édition.
Cela signifie tout d'abord l'utilisation de l'informatique pour la conversion ou la création des artefacts éditoriaux, puis la mise en réseau des fichiers produits afin de les rendre disponibles, et enfin l'usage de terminaux électroniques pour la lecture des fichiers.
Le livre numérique répond à un modèle épistémologique qui met le livre, dans sa forme classique, au centre, reproduisant autant que possible l'objet ainsi que les pratiques d'édition.
{{< /definition >}}

Ce que nous n'avons pas dit, c'est que l'écrasante majorité des titres numériques, proposés dès 2006 par les maisons d'édition, sont des livres dits _homothétiques_.

M content/p/04/04-04.md => content/p/04/04-04.md +1 -1
@@ 105,7 105,7 @@ Si ces modélisations éditoriales semblent éloignées du _single source publis
L'édition multi-formats ou multimodale à partir d'une source unique est une méthode et un processus visant à produire plusieurs formats ou versions depuis une seule et unique source, en appliquant des conversions ou des transformations.
Il s'agit de générer des formes variées, en répétant plusieurs opérations distinctes et néanmoins liées par une modélisation éditoriale commune, tout en restreignant les données en entrée à une seule origine.
Le _single source publishing_ est un ensemble de principes nécessitant une dimension interopérable.
La source, et les éléments qui la composent, doit répondre à des standards pour que les programmes invoqués dans le processus soient capables d'appréhender la structure, et ainsi de transposer une expression sémantique dans plusieurs formats de sortie, des manifestations.
La source, et les éléments qui la composent, doit répondre à des standards pour que les programmes invoqués dans le processus soient capables d'appréhender la structure, afin de transposer une expression sémantique dans plusieurs formats de sortie — des manifestations.
Les principes de l'édition multi-formats ou multimodale à partir d'une source unique sont d'ordre technique, mais, comme tout principe technique, ils sous-tendent des enjeux théoriques et épistémologiques, principalement autour de la modélisation éditoriale et donc de la construction du sens à partir de modèles de données.
{{< /definition >}}


M content/p/05/05-04.md => content/p/05/05-04.md +1 -1
@@ 239,7 239,7 @@ Considérant que la _fabrique d'édition_ consiste plus en un phénomène qu'en 
Nous faisons ici référence aux différentes études de cas qui traversent la thèse, comme des preuves de concept convergentes et complémentaires.

{{< definition type="definition" intitule="Fabrique d'édition" id="fabriquededition" >}}
L'idée principale de la fabrique d'édition est l'imbrication et la réflexivité du travail sur le texte et de la constitution d'un processus technique permettant ce travail.
La fabrique d'édition est un phénomène, il s'agit de l'imbrication et de la réflexivité du travail sur le texte et de la constitution d'un processus technique permettant ce travail.
Le choix, l'agencement voir le développement des outils d'édition sont réalisés en même temps que le texte est sélectionné, structuré, corrigé, mis en forme et publié.
Il ne s'agit pas de deux calques qui se superposent mais d'un entremêlement de micro-actions qui donnent lieu à l'acte éditorial.
La forme de l'artefact éditorial est façonné par le processus technique, et ce dernier est mis en place en fonction du projet d'édition.